Passer directement au contenu

Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

En savoir plus
07.05.2021 - 17.10.2021

Rethinking Landscape

Mois européen de la photographie

Les représentations paysagères ont une longue et riche tradition dans l’histoire de l’art. Avec le Land art, au début des années 1970, celles-ci ont radicalement changé de paradigme. En dépassant le sujet pour devenir support, le paysage en tant que représentation s’est ouvert aussi à l’expérience esthétique et à l’expérimentation artistique.

Aujourd’hui, la jeune photographie européenne approfondit cette prise de conscience du rapport de plus en plus déséquilibré entre l’homme et la nature à travers de nouvelles visions contemporaines de l’image analogique et numérique.

Rethinking Landscape (Repenser le paysage) propose cinq postures d’artistes portant un nouveau regard photographique sur les représentations du paysage et montrant de nouvelles approches esthétiques très variées entre fiction, sublimation et distanciation.

Bruno Baltzer/Leonora Bisagno (Luxembourg)

Bruno Baltzer/Leonora Bisagno (Luxembourg)

Chez Bruno Baltzer & Leonora Bisagno, artistes franco-italiens vivant au Luxembourg, la recherche artistique autour de l’acte photographique et l’iconographie paysagère se double d’une confrontation historico-politique de l’image. Les oeuvres d’Inka & Niclas, artistes scandinaves (finlandais et suédois) établis à Stockholm, s’inscrivent davantage dans une parodie des représentations romantiques du paysage que dans un questionnement politique. Ils jouent sur le rapport entre l’homme et la nature dans un contexte paradoxal de sublimation et de distanciation du réel.

«Les artistes participent à l’éveil des consciences écologiques à travers des partis pris esthétiques singuliers.»

Paul di Felice, co-commissaire
Daniel Reuter (Luxembourg/Islande)

Daniel Reuter (Luxembourg/Islande)

Chez l’artiste suisse Douglas Mandry, le paysage plutôt que d’être une représentation telle quelle, devient une reconstruction, une composition en strates proche d’une démarche archéologique et plasticienne à partir d’un corpus d’images coloriées et réassemblées. L’idée du paysage qui émane de la série en noir et blanc Cercle, Square de Daniel Reuter, artiste luxembourgeois vivant en Islande, est marquée par une démarche conceptuelle. Comme des réminiscences visuelles de certaines installations d’artistes du Land Art, ces photographies semblent se détacher de leur sujet initial pour mettre en jeu un langage visuel formaliste.

Danila Tkachenko (Russie)

Danila Tkachenko (Russie)

Les photographies de la série Motherland du photographe russe Danila Tkachenko traitent la question de l’abandon forcé des villages pendant la collectivisation de l’ère communiste entre 1928 et 1937. En brûlant les vestiges symboliques qui hantent ces paysages au fin fond des steppes soviétiques, l’artiste crée une espèce de rituel funéraire nocturne.

Douglas Mandry (Suisse)

Douglas Mandry (Suisse)

Sans livrer de véritables réponses aux questions environnementales, les artistes contemporains participent néanmoins à l’éveil des consciences écologiques à travers des partis pris esthétiques singuliers.

Paul di Felice, co-commissaire

 Inka & Niclas (Finlande/Suède)

Inka & Niclas (Finlande/Suède)

Rethinking Landscape – EMOP 2021

Artistes : Bruno Baltzer/Leonora Bisagno (Luxbg.), Inka & Niclas (Fin/Suède), Douglas Mandry (Suisse), Daniel Reuter (Luxembourg/Islande), Danila Tkachenko (Russie)

Commissaires : Paul di Felice (pour Café-Crème asbl), Ruud Priem (pour MNHA)