Une campagne de sensibilisation avant tout

Qu'est-ce qu'une souscription publique ?

Il s'agit d'une démarche de financement participatif (« crowdfunding ») invitant des particuliers et/ou des sociétés à s'engager à travers une promesse de don pour (co-)financer une action ou une œuvre d'intérêt public.

Pourquoi mobiliser un mécénat populaire ?

Pour la première fois dans son histoire, le MNHA appelle les citoyens à se mobiliser en faveur d'une acquisition d'envergure patrimoniale. Chaque habitant du pays est ainsi invité à participer à cette opération de citoyenneté. En devenant souscripteur citoyen, chaque donateur aide - à son échelle - le musée à atteindre son objectif.

Par-delà l'enjeu financier de cette campagne, le MNHA souhaite surtout sensibiliser l'opinion publique à l'importance de la conservation et de la transmission de biens patrimoniaux constitutifs de notre mémoire collective.

Cette campagne de crowdfunding vise à fédérer les habitants du Grand-Duché autour d'un projet de sauvegarde patrimonial : en faisant entrer la Vue sur le château de Larochette dans les collections publiques, cette commande passée par le Roi et Grand-Duc Guillaume II serait à l'avenir conservée et valorisée au Luxembourg par une institution d'intérêt public.

Comment fédérer les citoyens autour de cette opération d'intérêt public ?

Pour communiquer sur cette opération, le MNHA va notamment diffuser un dépliant d'information et organiser une série de visites guidées autour de cette œuvre, temporairement prêtée par son propriétaire au MNHA le temps de la durée de la campagne, en vue de sensibiliser le plus grand nombre sur l'enjeu de cette action.

Par ailleurs, une conférence avec Asker Pelgrom, spécialiste en histoire de l'art du XIXe siècle et co-curateur de l'exposition Peints pour le Roi - B. C. Koekkoek et le paysage luxembourgeois organisée en 2013 au MNHA, est également envisagée dans le cadre de cette campagne. Une autre conférence sur la vie et l'œuvre du commanditaire Guillaume II est également prévue.

Le musée a créé une rubrique dédiée à sa campagne sous le nom www.mnha.lu/tousmecenes, afin d'expliciter la démarche, les modalités de participation (particuliers/entreprises) et de renseigner sur l'évolution de l'action.

Les donateurs heureux d'être publiquement associés à cette action de mécénat populaire figureront sur une liste de donateurs qui sera affichée au musée.

Une urne est installée dans la salle d'Arts Anciens, juste à côté de la série d'œuvres de Koekkoek, afin d'encourager des dons spontanés.

Comment garantir une dynamique autour de cette opération de sensibilisation ?

Cette opération ne saurait porter ses fruits sans un travail de sensibilisation de l'opinion publique, lequel passe indéniablement par les relais médiatiques possibles (radio, télévision, journaux, sites web, réseaux sociaux). C'est pourquoi le MNHA invite les représentants de la presse à se faire largement l'écho de cette action afin que l'œuvre rejoigne nos collections.

Le Fonds culturel national (FOCUNA) servira de plate-forme pour recueillir les fonds et émettre un certificat d'abattement fiscal pour tout don supérieur ou égal à 50 euros (www.focuna.lu).

Quant aux Amis des Musées d'Histoire et d'Art, Luxembourg, précieux partenaire de cette action, ils soutiennent cette opération en relayant l'appel aux dons auprès de leurs membres et en garantissant l'écho le plus retentissant afin d'inciter la population à participer à cette démarche citoyenne. L'un des objectifs des Amis des Musées est en effet, par-delà la contribution au rayonnement des musées du groupement d'staatermuséeën, de contribuer aux acquisitions de ces derniers et ainsi permettre l'enrichissement de leurs collections. C'est ainsi que les Amis ont fait, depuis 39 ans, de nombreuses donations à leurs musées partenaires (http://www.amisdesmusees.lu/dons-et-acquisitions). 

Enfin, l'Ambassade des Pays-Bas au Luxembourg s'associe également à cette opération de souscription en raison des liens historiques évidents entre le Royaume des Pays-Bas et le Grand-Duché de Luxembourg.