De Mansfeld au design (1500-2014)

durée : 2 heures

L'exposition permanente De Mansfeld au design (1500-2014) - Les manières d'habiter et les arts appliqués au Luxembourg, une voie originale? vous invite à découvrir les manières d'habiter ainsi que les Arts décoratifs du Luxembourg. 


Plus de deux cents objets répartis sur deux étages vous feront découvrir l'artisanat d'art luxembourgeois, en suivant un parcours chronologique. La première partie est consacrée aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles alors que la seconde partie propose un parcours à travers l'histoire des styles du XIXe et du XXe siècle : de la Renaissance jusqu'au design contemporain, venez découvrir comment les arts décoratifs ont évolués au fil des siècles.

01 Vue panoramique du château de Pierre-Ernest de Mansfeld

Tobie Verhaecht (1561-1631), attribuée à
Vue panoramique du château de Pierre-Ernest de Mansfeld
fin du XVIe siècle
dessin à l'encre brune, lavis et rehauts d'aquarelle

Aile Wiltheim | Étage 1 | Salle 1

Le château « La Fontaine » fut construit entre 1563 et 1604 par le gouverneur de Luxembourg Pierre-Ernest de Mansfeld (1517-1604) et se situait à Clausen, aux portes de la forteresse. Cette vue contemporaine de la dernière phase de construction du château, attribuée au peintre Tobie Verhaegt, montre bien l'étendue et l'importance de cette maison de plaisance. Mansfeld fut sans doute le plus important représentant de la haute noblesse établie à Luxembourg sous l'Ancien Régime. D'origine allemande, il fit toute sa carrière dans les Pays-Bas espagnols et fut notamment gouverneur des provinces de Luxembourg et Namur en 1545, chevalier de la Toison d'Or en 1546 et Gouverneur général de l'ensemble des Pays-Bas entre 1592 et 1594. Son château était le reflet de cette éminente position politique : l'importance de la position sociale de Mansfeld se devait d'y être représentée dans son style de vie. Amateur d'art, Mansfeld avait conçu sa demeure comme un écrin admirable pour ses collections d'antiques, de tableaux et d'œuvres d'art. Cette vue panoramique dévoile le château et ses vastes jardins dans leur plus grande extension.

02 Käercher Stuff

Frédéric Biver (†1778) et Guillaume Lamberjacques (1767/68-1836)
Mobilier de la Käercher Stuff
3e quart du XVIIIe siècle
mobilier et boiseries

Aile Wiltheim | Étage 0 | Salle 4

Le mobilier de la Käercher Stuff continue d'être un des points forts de la visite du MNHA. Sauvé de la destruction en 1972, il permet aujourd'hui au visiteur de visualiser un intérieur rural exceptionnel de la fin du XVIIIe siècle. Il provient de la Stuff (Salle de séjour) de la maison A Ludes du village de Koerich. Inséré dans un habitat aux dimensions restreintes, la Stuff se devait d'être polyvalente : elle servait ici à la fois de lieu de réception pour des visiteurs et de chambre à coucher. La Käercher Stuff est exceptionnelle par son unité stylistique. Le lit encastré dans le mur, fermé d'un côté par des rideaux et de l'autre par deux portes, a été fabriqué par le menuisier Frédéric Biver (†1778) pour son propre usage dans le troisième quart du XVIIIe siècle. Son gendre Guillaume Lamberjacques (1767/68-1836) a ajouté le placard chauffant ou à taque (Takeschaf), complétement fermé et surmonté d'une horloge, vers 1800.

La Käercher Stuff constitue un exemple rare du mobilier des campagnes luxembourgeoises, à la fois par l'opulence de son décor et surtout par son excellent état de conservation. Il témoigne du savoir-faire des menuisiers ruraux du XVIIIe siècle. Dans la nouvelle présentation de l'exposition, la Käercher Stuff a été replacée dans son alignement d'origine.

03 Soucoupe chinoise

Atelier Lin Yu
Soucoupe
(complétée)
fin du XVIIe siècle
porcelaine chinoise blanche à décor bleu de cobalt sous couverture, époque Kangxi

Aile Wiltheim | Étage 0 | Salle 8

Dès le XVIIe siècle, de riches familles du Duché de Luxembourg commandèrent de la porcelaine auprès de producteurs chinois, par l'intermédiaire des compagnies à chartes pratiquant le commerce colonial. Ainsi, la Vereenigde Oost-Indische Compagnie (VOC) était la principale importatrice de porcelaine chinoise en Europe au XVIIe siècle. C'est probablement par son intermédiaire que de la porcelaine chinoise fut acheminée jusqu'à Luxembourg, pourtant situé bien loin de la Mer du Nord.

Les fragments de cette soucoupe ont été retrouvés lors de fouilles dans les fondations de l'ancienne maison de Neunheuser, située dans l'actuelle rue du Fossé à Luxembourg-Ville. Il existait donc à Luxembourg à la fin du XVIIe siècle une clientèle assez riche pour pouvoir s'offrir de tels objets de luxe. Le décor représente une scène de pêcheurs dans un paysage au bord de l'eau. Sous le regard d'une femme assise dans une barque, deux hommes jouent au caiquan. Ce jeu, connu sous le nom de la « devinette des doigts », consiste pour deux joueurs à deviner au plus près le nombre de doigts qui sera totalisé par leurs deux mains levées simultanément.

Sur le dos de la soucoupe, on retrouve la marque Lin Yu Tang Zhi voulant dire : fait à l'atelier Lin Yu. Ce type de décors en bleu de cobalt fut par la suite copié par les manufactures européennes de porcelaines et de faïences.

04 Terrine

Faïencerie Boch à Septfontaines-lez-Luxembourg, attribuée à
Terrine
vers 1767-1775
terre de pipe glaçurée

Aile Wiltheim | Étage 0 | Salle 8

Créée en 1766 par les frères Boch, la manufacture de Septfontaines produit notamment un nouveau type de céramique appelé faïence fine qui imite la porcelaine tout en étant un matériau moins couteux. Cette manufacture concentre une main-d'œuvre importante sur un site unique de production : on compte une centaine d'ouvriers à Septfontaines vers 1775. Profitant de la politique mercantiliste de l'époque, les Boch peuvent exporter leur production dans un vaste rayon et s'imposent comme les principaux faïenciers au Sud des Pays-Bas autrichiens, dont fait alors partie le Duché de Luxembourg.

La terrine présentée est caractéristique de la production du début de l'existence de la faïencerie de Septfontaines. Son décor peint en camaïeu bleu se caractérise par la feuille de trèfle en son milieu. Le recours au bleu de cobalt fait référence aux productions de porcelaine chinoise et à celles des manufactures européennes imitant celles-ci.

Le décor au trèfle et à la brindille fut un des décors les plus populaires produits par la manufacture Boch et contribua grandement au succès commercial de leur production.

05 Pièce-montée

Pierre Kowalsky, confiseur
Pièce-montée
vers 1867
sucre filé

Aile Wiltheim | Étage 1 | Salle 14

Cette pièce-montée en sucre filée a été créée vers 1867 par le confiseur Pierre Kowalsky pour Hyacinthe Schaack, professeur à l'Athénée de Luxembourg. Elle témoigne du goût pour les décors exubérants qui caractérisent une série de productions culturelles de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce goût se répercute jusque dans les décors apportés aux repas de fête.

L'état de conservation de cet objet est exceptionnel. Il est très rare de pouvoir conserver une œuvre comestible sur une si longue période.

06 Table de salon en marbre

Marbrerie Focant
Table de salon
1966
marbre vert Aquila et Montericco

Aile Wiltheim | Étage 1 | Salle 17

Cette table de salon a été réalisée par la marbrerie Focant d'Esch/Alzette en suivant un dessin fait par le pharmacien Joseph Pauly (1904-1977). Etant un collectionneur d'art avisé, Joseph Pauly fit fabriquer cette pièce unique, dénuée de tout décor, conformément à ses attentes.

Ce meuble est une des nombreuses pièces qui fit l'objet d'un généreux don de la famille Pauly au MNHA. Vous pourrez y admirer la reconstitution de ce salon, meublé dans les années 1960 dans le Style International.

07 Chaise conférence

Maarten Van Severen (1956-2005) pour Vitra
Chaise conférence, Modèle 03
produit à partir de 1998

Aile Wiltheim | Étage 1 | Salle 18

En présentant plusieurs chaises d'époques et de styles différents, nous proposons aux visiteurs de l'exposition « De Mansfeld au design » d'adopter une nouvelle vision sur les objets du quotidien. La chaise étant habituellement vu comme un objet ordinaire, elle est néanmoins souvent le fruit d'un travail de conception plus profond.  

La chaise conférence Modèle 03 en version superposable, dessinée par le designer Maarten Van Severen pour le producteur Vitra, a été achetée en 2002 par le Musée National d'Histoire et d'Art pour les besoins de ses salles de réunions où elle est toujours en usage actuellement. Malgré une utilisation principale d'objet pour le quotidien la chaise Modèle 03 porte aujourd'hui le statut de pièce de musée.