L’œuvre, un legs inestimable

Conscient de la renommée internationale de B.C. Koekkoek comme peintre paysagiste, c'est à lui que Guillaume II fait appel pour le suivre au Luxembourg. C'est ainsi que, sur invitation du Roi-Grand-Duc, Koekkoek se rend en été 1845 de Clèves au Luxembourg. Il accompagne la Cour et fait des croquis du paysage, en particulier des domaines royaux.

Quelques mois plus tard, c'est à La Haye qu'il présente ses esquisses à Guillaume II qui lui donne commande de neuf grands tableaux à l'huile. Jusqu'à la mort du roi, Koekkoek en réalise huit dans les années 1846 à 1849 : trois vues du château de Beaufort, une de Schoenfels, une de Berg, deux de Larochette (Fels) et une de Hollenfels.

Depuis la vente aux enchères de la collection de Guillaume II en 1850, l'un des huit tableaux du cycle fut détruit dans un incendie. Seuls quatre des sept tableaux restants sont de nos jours recensés. Dans l'exposition au MNHA de 2013, Peints pour le roi - B. C. Koekkoek et le paysage luxembourgeois, on pouvait en voir trois : deux vues du château de Larochette (Fels), dont celui proposé à l'achat au MNHA, et une vue du château de Schoenfels.