La peinture portugaise de la Renaissance entre deux héroïsmes: celui de la croisade et celui de la modernité

    Category:
  • Conférence
  • Theme:
  • Portugal - Drawing the world
  •  :
    • 28.09.2017 - 18:30 > 20:00 - FR

La peinture portugaise de l'époque des grandes découvertes maritimes (XVe-XVIe siècles) est marquée par deux grandes figures d'envergure européenne : d'une part, le peintre royal Nuno Gonçalves (vers 1450-1491), auteur du grand retable de l'autel dédié au Martyr Saint Vincent, dont le MNAA conserve un nombre de peintures. La majorité est regroupée dans un polyptique connu sous le nom de Panneaux de Saint Vincent sur lequel se déploie une magnifique galerie de soixante portraits des plus remarquables figures de l'expansion portugaise; et d'autre part le théoricien de l'Art, peintre enlumineur, architecte et urbaniste Francisco de Holanda (1517/8-1584), surtout connu par son traité De la Peinture Ancienne, dans lequel il prône des conceptions esthétiques novatrices issues d'une profonde connaissance du néoplatonisme chrétien. Ce traité contient les très célèbres quatre «Dialogues de Rome» où il donne la parole à Michel-Ange qu'il a connu lors de son voyage à Rome.

Entre ces deux grands «phares» de l'art portugais de la Renaissance se développe un long et très intéressant cycle de retables narratifs réalisés par une pléiade d'artistes soit flamands, soit portugais d'influence flamande, sous les règnes de Manuel I (1495-1521) et Jean III (1522-1557), qui ont changé le décor artistique de nombreuses églises dans tout le Portugal jusqu'aux Indes Orientales.