Encoignure à gaine d’horloge

    Category:
  • Highlights - Arts décoratifs et populaires

atelier de Wiltz (attribué à)
dernier quart du XVIIIe siècle
loupe et ronce d'érable-platane massif

Aile Wiltheim | Etage 0 | Salle 11

Ce meuble hors du commun a été réalisé dans le dernier quart du XVIIIe siècle, très probablement dans le Nord du Grand-Duché actuel. Il a été attribué à un atelier de menuiserie de Wiltz. Comme son nom l'indique, l'emplacement idéal de cette encoignure était dans l'angle d'une pièce, par exemple dans un salon. En son centre se dresse une gaine d'horloge qui se prolonge dans la longueur du meuble par une porte qui dissimule des tiroirs. Moins hauts, les corps latéraux forment des angles obtus avec l'horloge. Le cadran de l'horloge porte le nom de Jean Corneille Brembt, horloger à Luxembourg où il est reçu bourgeois en 1762. Au XVIIIe siècle, tout comme au début du XIXe siècle, les horlogers signaient en effet leurs œuvres qui constituaient des objets de luxe dont ils certifiaient la qualité par leur nom. Il était commun que des menuisiers - qui eux ne signaient pas leurs meubles - réalisent les boîtiers accueillant les horloges à gaine, témoignant ainsi de la collaboration entre différents artisans.

Au XVIIIe siècle, posséder un tel meuble représentait un signe de distinction sociale, ce n'était donc pas étonnant que l'encoignure fut la propriété de familles de tanneurs de Wiltz. Ce meuble riche montre ainsi le raffinement qu'on pouvait retrouver dans les petites villes du Duché de Luxembourg.